Sur le pont d’Avignon… histoire et anecdotes de la célèbre comptine pour enfants

Article Avignon

Petit(e), qui n’a pas chanté à l’école maternelle, la chanson « Sur le pont d’Avignon ». Et que pourrait-on faire d’autre sur un pont qui ne va nulle part ? Il s’agit d’une ancienne chanson enfantine, une ronde mimée, chantée par les enfants de tous les p

La première version de la chanson

Pierre Certon

On ne connaît ni l’auteur, ni l’origine de la chanson (entre le XVème et le  XVII siècle). Au XVème siècle, de nombreuses chansons populaires accompagnent les noces évoquant le Pont d’Avignon, mais aussi d’autres ponts de France. Elles sont appelées « chansons des oreillers ».

Elles inspirent Pierre Certon, compositeur de musique le plus prolifique du XVIème siècle, sous François 1er. Il écrit des historiettes courtoises, comiques et polyphoniques (plus de 200) et des œuvres religieuses sur des motifs profanes (8 messes). Il compose une messe-parodie « sus le Pont d’Avignon » à 4 voix dont l’air n’a rien à voir avec la chanson que nous connaissons. Les paroles n’ont aussi rien à voir avec la comptine.

Partition de « sus le Pont d’Avignon » de Pierre Certon


" Sur le pont d'Avignon, j'ai ouï chanter la belle, 
Qui dans sont chant disoit une chanson nouvelle :
"Ouvrez la porte, ouvrez nouvelle mariée !"
"Comment que j'ouvrirais ? Je suis au lit couchée
Auprès de mon mari la première nuitée.
Attendez demain, la fraische matinée,
Pour que mon lit soit fait, ma chambre balayée,
Et que mon mari soit à gagner sa journée".

La comptine pour enfants

Adolphe Adam (compositeur)

Adolphe Adam, compose des chansons pour des vaudevilles parisiens. En 1853, il crée, pour l’Opéra-comique de Paris, une opérette « le Sourd ou l’Auberge Pleine » tirée d’une comédie du citoyen Desforges. Dans cette œuvre, l’air et les paroles de la comptine apparaissent sous sa forme actuelle. Il aimait dire : « je n'ai guère d'autre ambition, dans ma musique de théâtre, que de faire claire, facile à comprendre et amusante pour le public ». On peut lire qu’en 1876, une nouvelle opérette nommée « Sur le Pont d’Avignon » est un immense succès international  qui finit de populariser la chanson.

« Sur le pont d’Avignon, on y danse on y danse, sous le pont d’Avignon, on y danse tous en rond… »

Cette chanson enfantine est répertoriée pour la 1ère fois, comme comptine en 1843. C’est une ronde mimée évoquant différents personnages en train de danser. Les enfants dansent en rond sur le refrain. Sur le premier couplet, les enfants s'arrêtent de danser et imitent le meneur de danse pour chacun des couplets. Dans le premier couplet, ils font une courbette en faisant semblant de soulever leur chapeau imaginaire. Sur le second couplet, ils font la révérence d'un côté, puis de l'autre.

La chanson

Sur le pont d'Avignon:
L'on y danse, l'on y danse
Sur le pont d'Avignon 
L'on y danse tous en rond
Les beaux messieurs 
font comm' ça 
Et puis encore comm' ça 

Sur le pont d'Avignon
L'on y danse, l'on y danse
Sur le pont d'Avignon
L'on y danse tous en rond
Les bell' dames
font comm' ça
Et puis encore comm' ça 

Sur le pont d'Avignon 
L'on y danse, l'on y danse
Sur le pont d'Avignon
L'on y danse tous en rond
Les jardiniers font comm' ça
font comm' ça
Et puis encore comm' ça

Illustration de la chanson sur un calendrier du XIXe siècle.


Anecdotes autour de la chanson

Tous les couplets sont sur le même style, en changeant uniquement le métier. Ainsi les enfants peuvent aussi incliner de la tête, dodeliner de la tête, ou autre geste en fonction du métier. La chanson n'est pas achevée ce qui a permis d’en faire de nombreuses variantes en ajoutant des métiers.

Dans la version originale, ce n’est pas « sur le pont » mais « sous le pont » qu’on dansait ! En raison de l’étroitesse du pont Saint-Bénézet qui ne permettait pas aux avignonnais de danser la farandole et la sarabande.

En 1939, Jean sablon la chante, dans sa version originale, de façon « swing ». On la retrouve  aussi dans le répertoire de Georges Brassens avec la chanson « La route aux quatre chansons » qui fait référence à « Sur le pont d’Avignon ».

Le pont a inspiré d’autres compositeurs d’opérette comme en 1878, Georges Degas alias Armand Liorat qui a écrit « Le pont d’Avignon » en 3 actes et en 1937, Liette de Lahitte qui a écrit «Sur le pont d'Avignon » en un acte. Elles n’ont en commun avec la comptine que le titre. 



Sources

olga.bluteau.free.fr/Certon.htm
avignon-tourisme.com
La musique à la cour de François 1er. C Cazaux. 2002.
www.musicologie.org
www.grandavignon.fr/travaux-et-projets/projets/video-pont-3d/